Nouvelle publication: Comprendre la recomposition des espaces de travail et l’impact sur l’innovation collective : une proposition d’ancrage dans les idéologies contemporaines

Je suis heureux d’annoncer la sortie au Presses de l’Université du Québec de notre chapitre à Thomas Coulombe-Morency et moi-même portant sur la recomposition des espaces de travail et l’impact sur l’innovation collective : une proposition d’ancrage dans les idéologies contemporaines. Celui-ci trouve sa place en guise de conclusion de l’ouvrage L’innovation collective. Quand créer devient essentiel sous la direction de Valérie Lehmann et Valérie Colomb.

Le livre n’est pas encore disponible en version papier pour cause de pandémie, mais est disponible au format ePub et PDF aux PUQ.

Dans le chapitre, nous décrivons les grandes tendances en matière de composition des espaces de travail, tels les aires ouvertes, le bureau flexible, ou encore le télétravail, etc. Nous montrons que ces tendances se trouvent encastrées dans des présupposés ou des idéologies contemporaines jamais ou rarement questionnées, tels la transparence, la désintermédiation naïve, le solutionnisme technologique, etc. La composition des espaces de travail correspond donc à une forme de matérialisation des valeurs idéologiques dans les environnements de travail.

Elles sont donc difficilement questionnables. Ainsi, la recomposition des des espaces de travail est présentée comme favorable à l’innovation, la collaboration, etc. alors que les impacts réels sont plus nuancés.

Nous précisons alors l’impact des modes de réorganisation sur 15 paramètres. Par exemple, le télétravail à un impact généralement positif en matière d’ergonomie, de bruit, de stabilité, d’intimité, d’habitudes et routines, d’ancrage dans un espace ; alors qu’il a un impact généralement négatif sur les liens avec les communautés et les relations interpersonnelles.

Le chapitre conclut sur les impacts de la recomposition des espaces sur l’innovation collective.

La crise de la COVID-19 rend ce travail encore plus important, pour comprendre la dynamique des espaces de travail dans les années à venir.

Référence:
Blum, G., & Coulombe-Morency, T. (2020). La recomposition des espaces de travail et l’impact sur l’innovation collective. Dans V. Lehmann & V. Colomb (Éds.), L’innovation collective. Quand créer avec devient essentiel. (p. 231‑252). Presses de l’Université du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *